La jeunesse : avenir du Doubs

[mercredi 1 juin 2016 11:16]

Pour une vie affective épanouie

1600 : c’est le nombre de personnes ‒ mineur(e)s pour la moitié ‒ reçues en 2015dans les sites du Centre de planification et d’éducation familiale géré par le Département. Dépistage des infections sexuellement transmissibles, prévention des interruptions volontaires de grossesse, délivrance de contraceptifs, etc., sont assurés par trois médecins et deux conseillères conjugales dont une sage-femme. Autant de services gratuits pour les mineur(e)s et les personnes en grande précarité, anonymat garanti.

Tél. 03 81 54 21 81

Prévention des handicaps

La prévention étant sa priorité, le Département entretient un partenariat étroit avec le Centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP) qui rayonne sur le Doubs avec des équipes spécialisées. L’évaluation précoce des déficiences et leur suivi thérapeutique permettent de développer au maximum les capacités de l’enfant.

CAMSP, 9 chemin de Palente à Besançon. Tél. : 03 81 47 74 50

Assistant familial, un métier à 100%

Plus de 600 enfants placés sous la responsabilité du Département du fait de difficultés familiales sont confiés à des assistants familiaux, salariés à domicile de la collectivité. Le Département recrute : pour en savoir plus, téléphoner au 03 81 25 86 59

Adopter et être adopté

L’adoption, c’est avant tout donner des parents à des enfants qui n’en ont pas. Une commission départementale délivre un agrément aux parents "candidats". Mais le nombre d’enfants "adoptables" en France comme à l’étranger ne cesse de diminuer, notamment du fait de l’amélioration du niveau de vie et de la mise en œuvre de politiques sociales plus exigeantes dans certains pays.

Six pupilles de l’État ont trouvé une famille dans le Doubs en 2013, 8 en 2014, 2 en 2015. Onze adoptions internationales ont été effectuées dans le Doubs en 2013, 6 en 2014 et 4 en 2015. Ces chiffres indiquent bien les limites du dispositif.

Le point de vue des psy’

Psychologues, Caroline Gautheron exerce dans le Haut-Doubs et Christelle Duhau à Besançon et sa périphérie :

« Nous rencontrons des familles très diverses dans les Centres médico-sociaux, pour un ou deux entretiens, voire davantage, selon leurs besoins. Nous sommes de plus en plus sollicitées, sur les troubles du sommeil ou du comportement, par exemple. »

« C’est de plus en plus difficile d’être parents compte tenu de la pression sociale forte qui veut que l’on soit de bons parents. On se trouve pris en tenaille entre la considération de l’enfant en tant que personne et un cadre éducatif qu’il faut bien fixer et tenir. Du fait des aléas de la vie familiale et professionnelle, des séparations notamment, la question des limites est de plus en plus prégnante. »

« Les enfants sont les mêmes qu’auparavant, ce sont les problématiques autour d’eux qui ont changé : la technologie, par exemple, a des incidences sur l’éducation. »

« Notre rôle est de faire émerger les compétences des parents afin que chacun puisse s’accomplir pleinement dans son rôle, pour un développement harmonieux de l’enfant. Rien n’est joué d’avance, chacun a des ressources formidables ! »