Mentions légales | .Mes favoris

 

Un webdocumentaire contre le gaspillage alimentaire

[vendredi 2 juin 2017 08:40]
Nos services L'éducation Un webdocumentaire contre le gaspillage alimentaire

À la rentrée scolaire 2016 et à l’initiative du Département, certains collèges du Doubs ont répondu à un appel à projets de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) sur la réduction du gaspillage alimentaire. À Bart, le collège André-Boulloche s’est ainsi lancé dans la réalisation d’un webdocumentaire.


Si, en matière de gaspillage alimentaire, ce collège est statistiquement dans la moyenne départementale, il souhaite poursuivre ses efforts et améliorer encore ses performances. Pour cela, il s’appuie sur quatre éco-délégués volontaires : Nina, Célian, Julien et Martin. Motivés et plein d’idées, ces derniers sont aidés et encadrés par Mélody Michut, professeur-documentaliste, Ali Ouriachi, CPE, et Brigitte Fluckiger, infirmière. Mélody Michut : « Comme ils sont au début de leur vie collégienne, ils vont pouvoir pérenniser et développer l’action, s’affirmer comme porte-paroles auprès des autres collégiens. C’est important dans la sensibilisation. Ils sont très investis et font même du lobbying pour l’an prochain auprès des CM2 qu’ils connaissent ! » En cela, l’initiative du collège rejoint les objectifs du projet départemental C@P25 d’accompagner les établissements dans la mise en place d’une stratégie de lutte contre le gaspillage alimentaire, notamment par des actions de sensibilisation et des formations tout comme de les doter des moyens nécessaires afin de se conformer à la réglementation en matière de tri à la source des biodéchets et de leur valorisation.

Des éco délégués motivés et inspirés

Martin explique : « On a vu qu’il y avait du gaspillage à la cantine. On souhaite sensibiliser les collégiens. Certains sont concernés mais il en reste beaucoup à convaincre. » Julien détaille : « nous voulons aussi valoriser le travail des cuisiniers. Ils viennent très tôt le matin pour préparer les 450 repas par service. Quand on jette de la nourriture, on jette aussi leur travail. » Célian complète : « avec ce projet, on ne montre pas que l’assiette. On explique les différentes filières, on parle de toute l’énergie nécessaire pour obtenir les aliments, les faire venir jusqu’à nous. » Nina élargit : « en plus du webdocumentaire, on a installé une table à troc dans la salle de demi-pension. Les élèves y déposent leurs desserts ou fromages emballés dont ils ne veulent pas. Ceux qui ont encore faim les prennent et on évite qu’ils soient jetés. »

Une dynamique enclenchée

Pour compléter et enrichir le contenu du projet, le collège et les éco-délégués ont pu profiter de l’intervention de la diététicienne du Département. Son propos a permis d’élargir la question du gaspillage à celle de l’alimentation, de la connaissance des principes de l’équilibre alimentaire.
Un animateur du Centre permanent d’initiative pour l’environnement (CPIE) du Haut-Doubs est également venu sensibiliser les éco-délégués au gaspillage alimentaire. Il a apporté son concours à la création de ressources venues enrichir le webdocumentaire. En parallèle, le collège a accueilli l’exposition itinérante «  Le gaspillage alimentaire, c’est aussi ton affaire ! » réalisée par les éco délégués du collège « Claude Girard- Les Sorentines » de Châtillon-le-Duc, à l’initiative du Département avec le concours de l’Ademe dans le cadre du plan régional de l’alimentation piloté par la DRAAF (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt). Pour le collège, toutes ces actions et initiatives visent un objectif chiffré. S’il est aussi et en grande partie pédagogique, le collège souhaite en effet réduire ses déchets de 30%. Ambitieux pour un collège qui ne l’est pas moins !

Qu’est-ce qu’un webdocumentaire ?

Le webdocumentaire est une page web interactive enrichie par d’autres ressources vers lesquelles sont dirigés les lecteurs. Moins linéaire qu’un film documentaire et plus interactif, il s’adapte facilement  aux réseaux sociaux auxquels il s’apparente. Il est aussi plus ludique et moderne. « L’idée était de renouveler ce qui se fait en la matière et de dépasser le traditionnel concours d’affiches, explique Mélody Michut. Sous cette forme, le travail pourra être facilement vu et partagé en dehors du cadre du collège. Il pourra circuler et profiter à davantage de personnes. Le site est officiellement en ligne, je vous laisse le visiter, le partager, l'apprécier... : https://collegeboulloche.wixsite.com/cantochedeboulloche. » La « porte d’entrée » de ce webdocumentaire est une photo inspirée du travail du photographe Peter Menzel, Hungry Planet, qui fait poser des familles du monde entier avec les aliments consommés en une semaine. Là, autour de l’équipe de cuisine du collège, sont alignées les denrées nécessaires à un service de la demi-pension.

Quelques chiffres pour le collège André-Boulloche :

Le gaspillage alimentaire représente 6,7 tonnes de bios déchets par an ; 111,6 grammes de déchets par plateau en moyenne soit 43 centimes par repas (des chiffres inférieurs à la moyenne départementale). Soit un coût de 25 680 €/an.

Ces chiffres et ces coûts coût correspondent à la valorisation annuelle des pesées effectuées par le collège. Cette pesée comprend les bios-déchets de l’ensemble des postes de restauration : préparations (épluchures,...), surplus cuisinés et retours de plateaux.

Plus globalement :

Il faut 40L d’eau pour obtenir une tranche de pain (du grain planté à la baguette), selon une nouvelle mesure appelée l’empreinte eau.

Le gaspillage alimentaire représente, uniquement pour les ménages, 20kg par an et par personne dont 7kg de produits encore emballés.

En termes d’énergie, une portion de bœuf jetée correspond à une ampoule classique allumée pendant 7 heures.

Selon une analyse menée en 2011 par la FAO, on estime que la quantité de gaspillage alimentaire dans le monde s’élève à 1,3 milliard de tonnes par an, soit environ un tiers de la production totale de denrées alimentaires destinée à la consommation humaine. Un quart des pertes de produits alimentaires du monde actuel serait suffisant pour nourrir les 870 millions de personnes qui meurent de faim dans le monde.