Exincourt : la maison rêvée sur la colline

[jeudi 28 septembre 2017 14:30]
Nos services Solidarités humaines Thème Action sociale
Evénement
Exincourt : la maison rêvée sur la colline

Avec ses nombreuses pièces joliment décorées, ses balcons, son jardin et son verger, la Maison de la Colline est un havre de paix pour des enfants confrontés à des épreuves douloureuses. C’est l’un des cinq établissements du Centre départemental de l’enfance et de la famille (CDEF). Ce service assure l’accueil d’urgence des jeunes confiés à la responsabilité de la présidente du Conseil départemental, Christine Bouquin, par décision administrative ou judiciaire.

Ce sont les enfants eux-mêmes qui ont baptisé ainsi ce grand chalet acquis en décembre 2016 par le Département, sur les hauteurs d’Exincourt, pour remplacer la Maison bleue, à Montbéliard, devenue inadaptée. L’emménagement a eu lieu en avril 2017, après travaux. « Le personnel et les enfants se sont très vite appropriés la maison. C’est un lieu sécurisant, propice à leur épanouissement », se réjouissait Odile Faivre-Petitjean, vice-présidente chargée de l’enfance et de la famille, lors de la cérémonie d’inauguration, le mercredi 27 septembre, en présence de plusieurs conseillers départementaux et du maire d’Exincourt, Jean Cuynet.

À chaque classe d’âge sa maison

Avec ses cinq chambres, son vaste séjour, sa cuisine, la Maison de la Colline peut accueillir six enfants en internat, âgés de 6 à 12 ans. Les plus jeunes (0 à 6 ans) sont confiés aux sept familles d’accueil d’urgence du Pays de Montbéliard. Et les adolescents (de 13 à 18 ans) occupent la Maison Victor-Hugo à Exincourt. « La durée de séjour des enfants est très variable : d’une journée à trois ans », fait observer Nadine Adamy, directrice adjointe du CDEF. « Les foyers de l’enfance ont de tout temps eu pour mission l’accueil en urgence, et l’accueil d’enfants et de jeunes en situations complexes ou sans solutions, d’où des temps d’accueil, qui varient en fonction de la situation de  chaque enfant. Depuis quelques années, par  exemple, nous devons nous adapter à l’arrivée de mineurs non-accompagnés, venus de l’étranger, c’est un travail bien spécifique. »
Des éducateurs (6,5 postes) sont présents de 7h à 22h, tout au long de l’année, ainsi que deux maîtresses de maison (de 8h à 16h) qui s’occupent notamment des repas, et deux veilleurs de nuit.
Les 340 m2 de l’habitation abritent en outre l’un des pôles administratifs du CDEF. Avec ses établissements de Besançon, le CDEF, dirigé par Philippe Chatelain, compte 135 places d’accueil dans le Doubs dont 35 places en  familles d’accueil d’urgence.

Et la Maison Bleue ?

Quant à la Maison Bleue, une fois rénovée, elle deviendra le siège du Service territorial d’aménagement de Montbéliard (Direction des routes, des infrastructures et des transports). Ainsi, la Maison Chabaud-Latour, à Montbéliard, sera réservée aux services sociaux du Département.


C@P25

Le projet départemental a inscrit dans ses priorités, au titre de la protection de l’enfance, que « chaque enfant doit pouvoir grandir avec un minimum de sécurité affective et matérielle. C’est la condition pour qu’il puisse trouver équilibre et sérénité. »

Diaporama