Des ressources en soi pour rebondir

[mardi 10 octobre 2017 14:55]

« L’idée de ce chantier nous est venue après la visite d’établissements d’insertion novateurs dans le canton de Neuchâtel en Suisse, car nous manquons de structures d’insertion dans le Haut-Doubs horloger », relate Lilian Messmer, directeur territorial Solidarités humaines du Haut-Doubs. « Nous voulions proposer une activité valorisante à des personnes éloignées de l’emploi, confrontées à des difficultés sociales très diverses. » Sur la base du volontariat, huit femmes ont accepté de participer à l’expérience.

Un partenariat plein d’avenir
Jacqueline Cuenot-Stadler et Lilian Messmer ont activé leur réseau pour monter le projet. Sandrine Greusard, éco-peintre – qui travaille avec des produits naturels – mais aussi éducatrice spécialisée de formation, a été sollicitée pour animer le chantier. Édith Vieille, co-présidente d’Emmaus, aux Fins, a organisé la venue des stagiaires pour que chacune récupère un meuble à restaurer. Et Céline Grosvernier, directrice de la Maison familiale rurale des Fins, a prêté un atelier de menuiserie.
Une belle mobilisation pour une bonne cause ! Et il n’est pas question d’en rester là… « Nous avons une mission de solidarité et d’insertion que nous souhaitons développer », confirme Édith Vieille. Tandis que Céline Grosvernier souligne : « Notre vocation est d’accueillir le public et de lui proposer des formations très diverses. Il y a donc matière à un partenariat constructif. »
« L’expérience se révèle positive, constate avec satisfaction Jacqueline Cuenot-Stadler. Nous allons en tirer les leçons, évaluer les besoins du public, et préparer l’avenir. Pourquoi pas un fab’ lab’ autour des usages numériques ? » La demande existe en effet dans le Haut-Doubs horloger.