Couverture très haut débit : le Doubs avance !

[lundi 30 octobre 2017 16:04]
Nos services L'aménagement et les usages numériques
Les collectivités
Thème Evénement
Aménagement
Collectivités
Couverture très haut débit : le Doubs avance !

Le Département, ses partenaires et les acteurs nationaux du haut débit, se sont réunis à la Saline royale d’Arc-et-Senans à l’occasion de son raccordement à la fibre optique, le 26 octobre, devenant ainsi le 3000e abonné. L’avancée de la couverture départementale se poursuit dans  un contexte national qui oscille entre volonté gouvernementale et mouvements de grands opérateurs.


En matière de couverture numérique en Très haut débit, le Doubs fait partie des territoires pionniers. Il commence à en récolter des fruits : 67 communes sont entièrement fibrées et 10 d’entre elles figurent parmi les 50 les plus fibrées de France.
« Les élus se sont inquiétés suite aux dernières annonces présidentielles et aux déclarations de grands opérateurs, relève la présidente du Département, Christine Bouquin. La sécurisation des réseaux d’initiative publique est primordiale car, dans le Doubs, cela représente un investissement global, pour les Communautés de communes et pour le Département, de 185 M€ dont 45 M€ pour la phase 1 qui s’achève. Le programme avance comme prévu. La venue d’un nouvel et grand opérateur n’est pas nécessairement un problème si nous nous mettons d’accord ensemble sur les territoires d’intervention des uns et des autres. De notre côté, nous allons pouvoir augmenter, dès le budget 2018, les fonds du Département dédiés au numérique. C’est un enjeu fort pour notre population, en bonne place dans notre programme C@P25. Il y a de nombreux défis à relever. »

1000 km de fibres déployés

Denis Leroux, président du Syndicat mixte Doubs THD et vice-président du Département chargé du développement numérique du territoire, poursuit : « La couverture de l’ensemble du Doubs en fibre optique est une chance pour le désenclavement et l’attractivité de nos territoires, pour le développement économique et en matière de qualité de vie et de services au public. La fibre optique est, par exemple, indispensable à la télémédecine. »
La première phase du projet prévoit 35 000 prises. Elle a nécessité le déploiement de 1000 km de fibre et permis le raccordement de 25 000 locaux. Le programme vise une couverture sur la zone d’intervention publique au plus tard d’ici sept ans, avec des montées en débit intermédiaires sur certains secteurs pour qu’aucun territoire ne soit mis de côté.
Etienne Dugas, président de la Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique (Firip), affirme : « Le projet du Doubs est emblématique. Il apporte la preuve que cela fonctionne sur un territoire à dominante rurale. » Antoine Darodes, directeur de l’Agence numérique, complète : « Ce projet est symbolique. Il prouve que l’on peut construire  un programme intelligent et pragmatique. La solidarité et la mobilisation de toutes les collectivités est pour moi la clé de cette réussite. »

Un environnement complexe

Quelques inquiétudes demeurent néanmoins. Ainsi, la volonté du Président Macron d’accélérer la couverture du territoire, modifiant ainsi le Plan France très haut débit de lutte contre la fracture numérique, n’est assortie d’aucune précision. La question d’un éventuel redécoupage entre les zones d’initiatives privée et publique reste en suspens alors que des précautions doivent être prises les investissements déjà engagés ou en passe de l’être. L’intérêt nouveau de grands opérateurs pour certaines zones d’initiative publique pourrait mettre à mal les programmes des collectivités en la matière… L’approvisionnement en câbles optiques devient problématique en France où 10 000 prises sont raccordées chaque jour. Des difficultés pour trouver une main d’œuvre qualifiée apparaissent, des métiers, comme soudeurs, sont en tension malgré les initiatives des entreprises pour structurer des formations. Face à ces enjeux, l’avance prise par le Doubs demeure un atout.

Diaporama