icone

Plus d’innovation pour plus d’autonomie

[vendredi 23 novembre 2018 10:22]
Nos services Solidarités humaines Thème Evénement
Innovation
Plus d’innovation pour plus d’autonomie

Une canne blanche qui devient assistant personnel, des lunettes qui traduisent des expressions du visage, un dispositif qui transforme l’énergie mécanique en plaisirs… L’innovation accomplit des prouesses pour lever des obstacles dans la vie quotidienne. La biennale du handicap et de l’autonomie en a fait la démonstration le 22 novembre, au Palais des Sports de Besançon.

La 8e édition organisée par le Centre communal d’action social avec la Ville et le Grand Besançon, et la présence du Département, est entrée dans l’ère du 2.0. Nombre des cent exposants présents ont recours aux ressources numériques pour proposer une assistance ou un service, une activité ou des loisirs… C’est ainsi qu’un boîtier, Handisco, tranforme une canne blanche en assistant personnel. Avec le juke-box Handi Mélo, chacun peut composer son programme musical.


À l’écoute

Quant à Acceo, il transforme la parole soit en texte, soit en langue des signes, soit en "langue française parlée complétée". Accessible sur smartphone, tablette ou ordinateur, ce logiciel facilite les démarches des personnes sourdes ou malentendantes.
En souscrivant un abonnement, des commerces et des services publics le mettent gratuitement à disposition de leur clientèle ou de leurs usagers. C’est le cas de la MDPH du Doubs (Maison départementale des personnes handicapées). « Ce dispositif est utilisé à l’accueil ainsi que dans les bureaux, indique son secrétaire général. Cela facilite vraiment les échanges et, en plus, cela donne de l’autonomie aux utilisateurs qui peuvent se passer de l’assistance d’un traducteur. »


Davantage d’autonomie

Davantage d’autonomie, c’est aussi ce que permet la main Phœnix d’e-Nable. Avec, de surcroît, une dimension solidaire. En effet, cette jeune entreprise met à disposition, via Internet, des modèles de prothèses qu’il est possible de fabriquer avec une imprimante 3D dans un des fab’ lab’ partenaires. C’est le cas de celui du Grand Besançon. « La prothèse est réalisée gratuitement », indique Olivier Testault, maker en chef, c’est-à-dire fabricant. « L’enfant peut s’impliquer dans la production, pour personnaliser l’objet. Et l’avantage c’est qu’il peut en changer au fur à mesure de sa croissance. Elle lui permet de tenir un objet. On peut imaginer, par la suite, fabriquer d’autres objets pratiques, pour tenir un stylo par exemple, ouvrir une boîte de conserve... » Le champ des possibles s’élargit !


Avec amour

L’autonomie, c’est bien la clé de l’épanouissement pour tout un chacun. En témoigne Handylover. Au premier coup d’œil, l’invention de Rodolphe Brichet ressemble à un siège de rameur avec un mouvement de va-et-vient. Cette simple mobilité « permet de s’affranchir de la problématique corporelle », souligne son inventeur, afin que le ou les utilisateurs puissent se consacrer à leurs désirs. Avec ses différents modules, Handylover s’adapte à toutes les formes de handicap.
Respectueux des normes médicales, validé par des professionnels, le dispositif est remboursé à 75% selon plafond. Reste à convaincre les médecins de le prescrire… « C’est un sujet tabou », constate Rodolphe Bichet, ajoutant : « Les femmes sont plus promptes que les hommes à le dépasser ». L’une d’elles confie en effet que « la sensation d’être mobile, c’est déjà jouissif ».


Un signe pour les autistes

Comprendre pour se comprendre, là est la question, bien souvent… Un casque équipé de larges lunettes peut y aider. Ainsi se présente Hol’autisme. Ce dispositif capte l’expression d’un visage pour la traduire en émoticône. Ce simple signe suffit à dédramatiser la communication et à faciliter les échanges, comme le démontre une expérimentation réalisée avec de jeunes autistes. Hol’autisme est un dispositif éducatif avant tout, destiné à familiariser les personnes autistes avec les codes de la communication. Il est entré en phase d’étude clinique pour une commercialisation envisagée fin 2019.

Quel que soit l’outil, s’affranchir des obstacles auxquels nous sommes confrontés – valides ou handicapés – reste notre Graal. Rendez-vous à la prochaine biennale pour constater les progrès accomplis !

Photos: Jack Varlet