icone

Département et intercommunalités font le point

[jeudi 7 février 2019 17:55]
Nos services Les collectivités Thème Vie des cantons
Contrats de territoire
Département et intercommunalités font le point

La 4e Conférence des exécutifs a réuni les présidents des intercommunalités autour de la présidente Christine Bouquin et des vice-présidents du Département. Au programme des échanges figuraient  quelques-uns des dossiers importants de l’année 2019, comme l’eau et l’insertion.

 
L’eau, sujet brûlant

L’année 2018 a montré combien la gestion des ressources en eau était un enjeu majeur ! Alors que la plupart des Départements se retirent de cette politique, à la faveur des changements de gouvernance instaurés par différentes lois, le Doubs a réaffirmé son engagement aux côtés des communes et des intercommunalités. Entre autres, il est membre des syndicats mixtes compétents, demeure pilote du Schéma départemental d’alimentation en eau potable, maintient ses soutiens financiers en faveur de l’eau et de l’assainissement…
« Un état des lieux se constitue au niveau des communautés de communes », rappelle Béatrix Loizon, vice-présidente chargée de l’environnement, la trame verte et bleue, de l’espace rural et péri-urbain. « Nous avons des chantiers considérables à mener en termes de protection et de mutualisation des ressources, d’amélioration des rendements, de renouvellement des réseaux… »
Tout cela à un moment où l’Agence de l’eau subit une coupe claire dans ses financements. À travers les échanges entre élus, il ressort que les intercommunalités ont tout intérêt à opter pour la compétence eau et assainissement sans tarder afin de bénéficier des subventions disponibles. Mais « attention », avertit la présidente Christine Bouquin, « le Département ne se substituera pas l’Agence de l’eau ! ».


L’insertion, une cause commune

Le Département met en œuvre un nouveau Plan départemental pour l’insertion et l’emploi. Il vise à remobiliser les allocataires autour de leurs compétences et de leur potentiel. Il vise aussi à coordonner les actions des travailleurs sociaux, des structures d’insertion, des partenaires, des entreprises autour de la demande et des spécificités socio-économiques de chaque territoire.
« Nous intervenons désormais dans la proximité car chaque secteur a des problématiques différentes », souligne Pierre Simon, vice-président chargé de l’insertion et du tourisme. « En tant qu’élus locaux, vous avez votre rôle à jouer car vous avez une connaissance précise de la situation. »
Des Comités locaux pour l’action sociale et l’emploi (Clacse) ont été créés par le Département afin d’échanger sur le sujet, territoire par territoire. Les élus locaux en sont les partenaires naturels.
Dans le prolongement, ces derniers sont invités à mettre en œuvre les clauses d’insertion dans leurs marchés publics. Ce dispositif est appliqué par le Département sur ses propres chantiers. Il incite les entreprises à réserver un volume d’heures de travail à des allocataires du RSA.


Le développement humain, une préoccupation quotidienne

Les Contrats territoriaux jeunesse disparaissent au profit des Contrats territoriaux Développement humain. Ces derniers s’intègrent aux Contrats P@C passés par le Département avec les intercommunalités et les communes pour accompagner leurs projets. Ce nouveau contrat dispose d’un budget propre de près d’un million d’euros sur trois ans (2019-2021), l’engagement des intercommunalités devant être équivalent. Il couvre les projets concernant le sport, la culture, la jeunesse et les espaces naturels sensibles.
« Nous sommes partis du diagnostic des actions et des besoins de chaque communauté de communes », relate Ludovic Fagaut, vice-président chargé des actions culturelles, de la lecture, des archives et patrimoines, du sport et de l’éducation populaire. « Désormais, tous les territoires du Doubs sont couverts, ce qui n’était pas le cas auparavant. » La balle est dans le camp des intercommunalités : les réalisations et les projets ne manquent pas !

La présidente Christine Bouquin a saisi cette occasion pour lancer la mobilisation des élus locaux en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. « Le Doubs se mobilise en faveur de l’inclusion des personnes handicapées. C’est l’opportunité de resserrer les liens avec les personnes valides et de gommer les différences. Nous avons quatre mots d’ordre : accueillir, innover, pratiquer, partager ! »