icone

Courbet est en cuisine… et y retournera le 12 juin

[lundi 1 avril 2019 16:13]
Nos services La culture Thème Info
Culture
Collège
Courbet est en cuisine… et y retournera le 12 juin

La première manche du concours inter-collèges "Courbet est en cuisine", organisé par le Département, s’est déroulée au collège de Pouilley-les-Vignes le 20 mars dernier. Elle a désigné les deux équipes qui se retrouveront le 12 juin pour la finale.

Les trois équipes de deux personnes en lice se sont retrouvées avant 8h dans les cuisines de l’établissement munies de tous leurs ingrédients. Le but : préparer le menu (entrée, plat, dessert) en relation avec « Gustave Courbet ». Et séduire un jury de huit personnes réunissant cuisiniers de collèges, la principale adjointe de l’établissement, Véronique Staine, l’un de ses agents et trois collégiennes de 3e. Une grille d’évaluation leur avait été fournie pour faciliter les notations : respect du thème « Gustave Courbet », présentation du plat, qualité gustative et produits locaux utilisés. En cas d’égalité, le menu présentant le meilleur équilibre nutritionnel du point de vue des recommandations du Plan National Nutrition Santé devait faire pencher la balance.

Petit à petit, la tension s’installe

Les derniers préparatifs sont allés bon train et au moment du dressage des assiettes, une certaine tension s’est progressivement installée sans que les concurrents ne se départissent de leur bonne humeur. Certains se connaissant ou s’étant croisés lors de formations. L’essentiel pour tous étant bel et bien de participer. Frédéric Jacquot, chef du collège des Clairs-Soleils : « Nous n’avons rien préparé en amont, tout a été fait le jour J. J’avais fait quelques essais en cuisine auparavant. On a changé plusieurs fois le menu car nous avions plein d’idées… mais il a fallu se limiter pour pouvoir rester dans les temps de préparation qui nous étaient impartis. »

« Comme dans Top chef »

En 3e, Lina, Tamara et Ambrine figurent parmi membres du jury. Lina : « C’était très bien, on se serait crues dans Top Chef. Sur les desserts, les équipes ont vraiment fait fort sur la présentation ». Tamara : « Je n’aurais jamais pensé que ce soit aussi élaboré. Tous les plats étaient beaux et bons. C’était une belle expérience ». Ambrine : « C’était très compliqué de mettre des notes, de départager les équipes. Mais je suis très contente d’avoir été là. »

« On se prend au jeu »

Pour les collègues des équipes en lice aussi, le choix fut difficile. Cyril Vannier, du collège Lumière à Besançon : « Ce qu’ils ont fait demande beaucoup de travail, de recherche. Ils ont été très bons et ils ont eu beaucoup de mérite. » Didier Bernardin, chef au collège de Quingey : « Étant de la partie, c’est plus compliqué. On voit des choses que les autres membres du jury ne voient pas. On se prend au jeu et on se surprend à être finalement très critique, même si le travail présenté est très bon ! »
Christine Humbert, chef cuisine au collège d’Ornans qui accueillera la finale : « Le choix des équipes, l’aspect visuel, le goût, tout compte, si bien que départager les équipes a été très compliqué. Comme nous accueillons la finale, pouvoir assister à cette manche était important. Nous allons pouvoir en tirer quelques enseignements pour mettre les finalistes dans les meilleures conditions. »

Une finale 100% féminine

Après les dégustations, beaucoup d’échanges et des avis parfois divergents, l’équipe de Sancey est arrivée première. Elle avait proposé en entrée une truite chaude à l’absinthe et ses petits légumes, suivie d’un coq au savagnin, morilles, purée de panais et pois mangetout, pour terminer avec une crème aux œufs et sèches franc-comtoises.
L’équipe de Saint-Hippolyte la suit de près avec une truite froide et fromage de chèvre, un « gros chêne » (en pâte feuilletée avec viande et légumes), et pour dessert une nature morte sous la forme d’un panier de fruits en îles flottantes.
Ces deux équipes se qualifient pour la finale ! Nous retrouverons donc Sandrine Boillin et Virginie Renaud pour Sancey, ainsi que Mélanie Neubeck et Mireille Leregle pour Saint-Hippolyte. Mais les scores furent très serrés. Félicitations également donc à l'équipe des Clairs-Soleils, de Besançon, composée de Frédéric Jacquot et Mikaël Pannetier dont les Paris-Brest comté-Morteau béchamel, le poulet aux morilles, risotto, comté et poivrons, et la mousse pomme-citron-menthe, sèches franc-comtoises échoue d’un souffle. Bravo aussi aux huit jurés qui ont eu la tâche redoutable de les départager. Rendez-vous le 12 juin au collège d'Ornans pour la finale !


Photos Jack Varlet