icone

Les premiers contrats P@C sont lancés !

mardi 28 août 2018 Thème Contrats de territoire Les premiers contrats P@C sont lancés !

Le 2 juillet, la présidente Christine Bouquin a signé les deux premiers contrats P@C "Porter une action concertée" avec Bruno Beaudrey, président de la Communauté de communes des Deux vallées vertes, et avec Claude Dussouillez, président de la Communauté de communes du Plateau de Frasne et du Val du Drugeon. Seize autres contrats seront signés d’ici la fin 2018 afin de couvrir l’ensemble des communes et des intercommunalités du Doubs.

Le contrat P@C, qu’est-ce que c’est ?

Inscrit dans le projet départemental C@P25, ce contrat de partenariat est établi entre le Département et chaque intercommunalité, ainsi que chaque commune qui compose cette dernière. Il marque le passage d’une politique de guichet individualisé à une démarche de co-construction de projets, collective et prospective. En effet, la durée du contrat est de 4 ans (2018-2021). Il est doté d’un budget de 52 M€ d’aides à l’investissement pour la durée du mandat.

Pour en savoir plus, cliquez ici : http://www.doubs.fr/index.php/content_page/2-non-categorise/3479-p-c-c-p-25-le-memento

 

Bruno Beaudrey : « une Communauté de communes plus forte »

La Communauté de communes des Deux vallées vertes compte 55 communes et 16 322 habitants. Son budget P@C s’élève à 2,1 M€ pour 4 ans. Il est réparti à 75% pour les projets structurants et 25% pour les projets locaux.

« Le contrat P@C permet de renforcer les projets structurants afin de constituer une communauté de communes plus forte. L’époque du fleurissement des fontaines est révolue ! Nous nous réunissons sur notre territoire pour proposer les services publics indispensables à la population : scolaires et périscolaires, maison de santé… Nous devons retenir les habitants et même en attirer de nouveaux », estime le président des Deux vallées vertes qui est aussi maire d’Etrappe.

« Comme nous avions déjà adopté une démarche de concertation et d’ingénierie de projets, nous avons été choisis comme territoire d’expérimentation par le Département. Nous avions recensé des projets pour 29 millions d’euros sur 4 ans ! Les priorités se sont dégagées naturellement au fil des réunions. Nous nous sommes donné des critères d’éligibilité avec, par exemple, un bonus pour les porteurs de projets qui vont chercher des financements diversifiés, ce qui nous permet d’optimiser notre enveloppe P@C. »

« Finalement, cette démarche de co-construction de projets avec le Département contribue à souder l’esprit collectif. D’ailleurs, nous n’avons enregistré qu’une seule abstention au moment du vote d’adoption du P@C. Je souhaite à présent créer un guichet unique pour accompagner les élus locaux dans leurs démarches », conclut Bruno Beaudrey.

 

Claude Dussouillez : une invitation à « oser des projets innovants »

La Communauté de communes du Plateau de Frasne et du Val du Drugeon compte 10 communes et 5 989 habitants. Son budget P@C s’élève à 1,3 M€ pour 4 ans. Il est réparti à 65% pour les projets structurants et à 35% pour les projets locaux.

« L’un des intérêts du contrat P@C est de nous permettre de nous projeter dans l’avenir. L’exercice n’a pas été difficile pour notre Communauté de communes car nous avons un service d’ingénierie de projets qui accompagne les élus locaux dans leurs démarches. Nous sommes toujours prêts ainsi à répondre à un appel à projet », souligne le président du Plateau de Frasne et du Val du Drugeon, par ailleurs maire de Bannans.

« La démarche du P@C a un autre intérêt : elle nous permet de rêver un peu, d’oser des projets innovants car on a de la visibilité à 4 ans. Ainsi nous souhaitons créer une salle de spectacles à Bannans où le festival de l’Eau vive se développe depuis une quinzaine d’années. »

« Enfin, je vois un troisième intérêt au P@C: il s’adapte sur mesure à chaque territoire ! Pour notre part, nous avons fait le choix de répartir les investissements sur l’ensemble de notre territoire. Et nous avons veillé à ce que chaque commune puisse porter des projets entre 2018 et 2021. Des élus ont pu craindre que le budget annoncé soit inférieur à celui consommé les années passées. Finalement, c’est l’inverse ! »