Le numérique éducatif dans les collèges

Le projet « C@p 25 » s’est donné un double objectif :

  • Accompagner la montée en puissance du numérique dans la sphère éducative pour contribuer également par ce biais à la réussite des collégiens. Pour ce faire, le Département apporte un soutien raisonné et pragmatique au développement des nouveaux usages numériques « encouragé » par les préconisations du Ministère de l’Education nationale et par la mise en œuvre, dès septembre 2016, de certaines dispositions de la réforme des collèges.

A cet égard, il a été décidé de participer activement au déploiement des projets labellisés au titre du plan national numérique pour l’Education en finançant à ce jour 7 collèges publics en termes de travaux d’infrastructures et d’acquisitions de matériels (chariots mobiles équipés de tablettes tactiles). En effet, d’ici la fin de l’année 2016, ce sont les élèves de 5ème de 5 nouveaux établissements qui seront dotés de tels outils, venant compléter les efforts précédemment consentis dans les collèges « Diderot » à Besançon et « Jean-Jaurès » à Saint-Vit. Le collège privé « Notre-Dame » à Besançon bénéficiera également de l’aide départementale.

Dans le même ordre d’idée, il soutiendra la démarche des collèges s’inscrivant dans le dispositif conduit par le Rectorat « WIFI restreint », lequel permet d’expérimenter à raison d’une borne ou d’un chariot mobile de 6 à 12 tablettes, l’usage de celles-ci à une échelle réduite.

De même, il favorisera, parce qu’il s’agit de deux préalables indispensables, d’une part, les connexions des collèges au THD soit par raccordement à la fibre optique déployée par le syndicat mixte du Doubs Très Haut Débit soit par d’autres solutions alternatives et, d’autre part, la remise à niveau de l’architecture réseau et des infrastructures de nombreux collèges (THD et WIFI).

  • Etre en mesure d’ici fin 2017 d’assumer pleinement les compétences en matière de numérique éducatif dévolues au Département par la loi du 13 juillet 2013 dite « loi Peillon » dont certaines sont exercées, à titre transitoire par le Rectorat, dans le cadre d’une convention de partenariat signée le 20 juillet 2015.

Cette échéance impose à la Collectivité une montée en charge progressive en matière notamment d’assistance, de maintenance et de gestion des serveurs informatiques ainsi que de mettre en place une organisation adéquate pour être en capacité d’assumer ces missions nouvelles, associant à la fois des fonctions support centralisées et des interventions de proximité. Les relations partenariales avec les services de l’Education nationale seront maintenues.

 

 

Signaler une erreur sur la page