MAîCHE

MAîCHE Population (données INSEE 2014) 24 041 habitants MAîCHE

Maîche : un canton qui conjugue
traditions et innovation

Rural et industriel à la fois, le canton de Maîche est un concentré de traditions et d’innovation. Ses activités s’illustrent aussi bien dans l’agriculture que dans l’horlogerie et les microtechniques.

Christine Bouquin et Serge Cagnon, conseillers départementaux du canton de Maîche, en compagnie de résidents et de personnel de la maison de retraire de Blamont, et d’enfants et de responsables de la crèche des Farfadets.

Pays de légendes et d’histoires ‒ que l’on aille du côté des grottes de Waroly (Mancenans-Lizerne), ou des Échelles de la mort (mémoire de la contrebande à Charquemont ‒, le canton de Maîche est aussi un pays de savoir-faire hautement qualifiés. De nombreuses activités se sont développées au fil du Dessoubre, du Doubs et du temps. Montécheroux en témoigne à travers son musée de la pince. À Autechaux-Roide, l’entreprise Zurflue-Feller est aujourd’hui un leader européen des volets roulants.

Des savoir-faire diversifiés

L’agriculture a prospéré autour de l’AOP comté (Appellation d’origine protégée). Parallèlement, elle a fixé les caractères de la race des solides comtois, ces chevaux de traits vedettes des concours organisés chaque année à Maîche, notamment.

Inventifs, les paysans du XIXe siècle ont occupé les longs hivers à concevoir des outils, des machines et des produits divers, participant à la révolution industrielle. Ils sont ainsi à l’origine d’une filière horlogère de renommée mondiale, avec quelques fleurons comme Herbelin et Saint-Honoré, et nombre de fournisseurs qui excellent dans leurs spécialités. Décolletage, polissage, tournage… autant d’activités qui ont évolué avec le temps, se diversifiant dans les produits de luxe, l’aéronautique, le médical, etc.

Quant au bois, ressource naturelle abondante, il alimente toute une filière qui mérite d’être soutenue dans son développement tant la concurrence est rude.

Le savoir-faire horloger s’est diversifié dans les produits de luxe, notamment. Notre photo : l’entreprise Silvant à Damprichard.Le cheval comtois, un trait emblématique du canton de Maîche.

Des ressources variées

Tout en soulignant l’aspect dynamique du travail frontalier, Christine Bouquin fait observer : « Le Département et la Région doivent imaginer ensemble des filières de formation et d’emploi novatrices qui répondent aux attentes des employeurs. »

Nombre d’entreprises étant exportatrices, le déploiement de la fibre optique est un enjeu-clé. D’ailleurs, la communauté de communes du Pays de Maîche a été l’une des premières à s’engager sur cette voie aux côtés du Département, et donc parmi les premières à en bénéficier.

« Le caractère bien trempé de notre canton est favorable au développement d’un tourisme familial, au contact de la nature », estime Christine Bouquin citant à l’appui le site de la combe Saint-Pierre, la pêche, que ce soit à Goumois ou à Saint-Hippolyte… À pied, à cheval ou à vélo, de vallées en plateaux et sommets, le canton de Maîche révèle en effet de multiples facettes.

EHPAD de Blamont :
un balcon sur le Doubs

À Blamont, d’anciennes fortifications dissimulent l’une des maisons de retraite les plus modernes du Doubs – EHPAD depuis 2003, soit Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Un pavillon Vauban rappelle les origines du site. Un hospice y a été établi dès 1905. Claude Girard, ancien président du Département, a initié une transformation qui s’est poursuivie jusqu’en 2014 avec la construction d’une aile de 24 places. « L’EHPAD en compte 164 désormais, signale le directeur, Jean-Pierre Comte, dont deux temporaires, six d’accueil de jour. » 170 salariés veillent sur les résidents qui disposent d’un grand parc, d’une salle d’hydrothérapie, d’un salon de coiffure…

Des liens intergénérationnels bénéfiques se sont tissés entre les résidents et les enfants de la crèche des Farfadets, installée dans un bâtiment voisin. Jeux et séances de lecture alternent de part et d’autre, à la grande satisfaction des participants.

Dessoubre : à la reconquête
de la qualité de l’eau

Sauvage, escarpée, chargée d’un passé artisanal, la vallée du Dessoubre fait la fierté des habitants tout alentour. Elle est aussi l’objet de toutes les attentions pour une reconquête de la qualité de ses eaux et de ses paysages – la forêt ayant gagné trop de terrain depuis la désertification des hameaux. Serge Cagnon s’y emploie en tant que président du Syndicat mixte d’aménagement du Dessoubre et de valorisation du bassin versant. « Les travaux prévus visent à redonner à la rivière sa morphologie initiale, indique-t-il. Des barrages inexploités seront aménagés ou supprimés pour rétablir le cours d’eau. »

En plus du diagnostic des assainissements communaux, le syndicat mixte a élargi ses compétences au diagnostic des effluents d’entreprises. L’objectif est de détecter les micropolluants et d’apporter les solutions appropriées. Bien perçue par les intéressées, cette démarche est conduite avec le concours de la Chambre de commerce et d’industrie du Doubs, avec des aides de l’Agence de l’eau.

Signaler une erreur sur la page

Communes ABBEVILLERS AUTECHAUX ROIDE BELFAYS BIEF BLAMONT BONDEVAL BRESEUX BURNEVILLERS CERNAY L'EGLISE CHAMESOL CHARMAUVILLERS CHARQUEMONT COURTEFONTAINE DAMPJOUX DAMPRICHARD DANNEMARIE LES GLAY ECORCES ECURCEY FERRIERES LE LAC FESSEVILLERS FLEUREY FOURNET BLANCHEROCHE FRAMBOUHANS FROIDEVAUX GLAY GLERE GOUMOIS INDEVILLERS LIEBVILLERS MAICHE MANCENANS LIZERNE MESLIERES MONT DE VOUGNEY MONTANCY BREMONCOURT MONTANDON MONTECHEROUX MONTJOIE LE CHATEAU ORGEANS BLANCHEFONTAINE PIERREFONTAINE LES BLAMONT PLAINS ET GRANDS ESSARTS ROCHES LES BLAMONT SAINT HIPPOLYTE SOULCE CERNAY TERRES-DE-CHAUX THIEBOUHANS THULAY TREVILLERS URTIERE VALOREILLE VAUFREY VILLARS LES BLAMONT
Categories Territoire