ÉCOUTE - JALMALV

Une association au service des personnes âgées gravement malades ou en fin de vie

Jean DUCRET, Président, nous a présenté son Association ÉCOUTE – JALMALV encore méconnue du grand public :

AU FIL DES ÂGES - Jean DUCRET, pouvez-vous tout d’abord évoquer les débuts de votre Association à Besançon ?

Jean DUCRET : C’est en 1986 qu’a été créée à Besançon une Association JALMALV « Jusqu’à la mort accompagner la vie », à l’initiative de quelques volontaires conscients de l’urgence d’agir davantage en faveur des malades gravement atteints ou en fin de vie, et informés de l’initiative exemplaire de l’équipe grenobloise du Professeur Schaerer. La toute première Association JALMALV venait, en effet, d’être constituée, trois ans plus tôt à Grenoble et son message commençait à se faire connaître. L’Association bisontine était une des premières à marcher sur ses traces. Un an plus tard, en 1987, les sept Associations alors présentes sur l’hexagone créaient la Fédération nationale JALMALV.

A.F.D.A. - Où en êtes-vous aujourd’hui ?

J.D. : Membre de la S.F.A.P. (Société française d’accompagnement et de soins palliatifs) et de l’E.A.P.C. (Association
européenne de soins palliatifs) reconnue d’utilité publique en 1993, soutenue par la Fondation de France, la Fédération JALMALV regroupe aujourd’hui 82 Associations réparties sur l’ensemble du territoire.
Cette extension si importante et si rapide est bien la preuve que la mobilisation des fondateurs de JALMALV correspondait à un réel besoin et à une profonde attente de notre société, bouleversée par une mutation générale, scientifique, économique, démographique et morale. Mutation qui, malheureusement, risquait de s’opérer au détriment de certains, en particulier des malades et des personnes âgées, menacées dans leur existence par la maladie, le handicap, l’isolement et le déclin, victimes silencieuses d’une indifférence croissante.

A.F.D.A. - Quels objectifs vous êtes-vous alors fixés ?

J.D. : Face à cette situation, avec d’autres, la Fédération JALMALV a voulu réagir et s’est fixé les objectifs suivants :
• accompagner les personnes en fin de vie, quel que soit l’endroit où elles se trouvent,
• contribuer à faire évoluer les mentalités et les attitudes des adultes comme des enfants face à la douleur, la maladie, le grand âge et la mort,
• soutenir les soignants, les familles, les accompagnants bénévoles dans leur engagement solidaire,
• proposer aux personnes vivant un deuil une possibilité de parole, d’écoute et de rencontre,
• favoriser le développement des soins palliatifs, à l’hôpital comme à domicile,
• promouvoir une recherche sur l’ensemble des besoins des personnes en fin de vie, besoins physiques, psychologiques,
sociaux et spirituels. Il importe au premier chef à JALMALV d’ « offrir au malade et à ses proches la possibilité de vivre pleinement sa vie jusqu’ au bout, sans avoir ni à en hâter la fin, ni à la prolonger par des thérapeutiques acharnées ». Il importe « que le mourant soit reconnu comme un vivant jusqu’à son dernier souffle ».
Autour de ces objectifs, la Fédération JALMALV, à Besançon comme ailleurs, réunit des hommes et des femmes de toutes opinions ou qualifications, venus de tous les horizons, qui collaborent et se respectent, comme ils respectent les choix des personnes et des familles qui s’adressent à eux.

A.F.D.A. - Comment fonctionne à présent votre Association ?

J.D. : Renforcée en 2003 par sa fusion avec l’Association Ecoute, active au service des soins palliatifs du C.H.U., et installée depuis 3 ans dans de nouveaux locaux au 31 Boulevard Diderot, notre Association compte un peu plus de 200 adhérents bisontins ou non, qui lui apportent un soutien :
• moral : en faisant connaître autour d’eux les objectifs et les valeurs de JALMALV,
• financier : par leurs cotisations et leurs dons,
• technique parfois en mettant à son service leurs compétences et leur logistique.
Écoute-JALMALV Besançon a ouvert en 2006 des antennes à Gray et Vesoul. Le fonctionnement de l’Association repose plus précisément sur l’engagement soutenu d’une soixantaine de bénévoles, qui se sont formés pour :
• accompagner les malades et leurs familles,
• gérer les besoins structurels associatifs.

A.F.D.A. - Comment se déroule l’accompagnement des patients ?

J.D. : L’accompagnement est possible, lorsqu’il est demandé par le malade ou sa famille, en accord avec les médecins et les soignants au domicile ou dans un établissement d’accueil : hôpitaux, centres de moyen ou long séjour, cliniques… Des conventions liant l’établissement à l’Association sont signées partout où JALMALV intervient. Écoute JALMALV assure la formation initiale et continue de ses bénévoles accompagnants. La préparation au bénévolat de structure s’étend sur quatre mois, la préparation au
bénévolat d’accompagnement se prolonge sur six mois supplémentaires.
L’accompagnement des malades n’est donc envisageable, en réalité, qu’après un cheminement d’un an. Période longue et exigeante, c’est vrai, à raison d’un samedi par mois, mais nécessaire pour que le candidat puisse éprouver et clarifier sa motivation, tout en découvrant objectivement la réalité du bénévolat auquel il se destine. De nombreux intervenants : psychologues, médecins, soignants, bénévoles actifs et professionnels qualifiés contribuent à éclairer et enrichir ce parcours.
Une fois engagé au sein d’une équipe d’accompagnants, après avoir sollicité et obtenu un agrément indispensable,
le bénévole bénéficiera d’un soutien psychologique constant, au sein d’un groupe de parole, auquel il participera chaque mois.

A.F.D.A. - En dehors de l’accompagnement des patients, comment peuton être bénévole dans votre association ?

J.D. : Le bénévole de structure se charge de veiller au bon fonctionnement interne et externe de l’association, en tenant, par exemple, des permanences d’accueil et d’écoute trois fois par semaine, en participant à l’expédition des courriers et circulaires, ou en assurant la publicité et la préparation matérielle des conférences Grand Public régulièrement organisées. A l’occasion, il intervient dans les lieux de formation, écoles, lycées, instituts et lieux relais, pour faire connaître l’action de la fédération, sur le plan national et local. Il est sollicité, également, pour représenter l’association dans divers organismes officiels ou privés et participer, es qualité, à leurs travaux.

A.F.D.A. - Quel message voulez-vous adresser à nos lecteurs, au terme de cet entretien ?

J.D. : Écoute-JALMALV Besançon tout en mesurant combien son apport est insuffisant encore par rapports aux besoins croissants qui s’expriment, peut tirer une légitime satisfaction devant ce total d’au moins neuf mille heures de bénévolat, c'est-à-dire de temps donné, qu’elle comptabilise chaque année.
Temps donné et valorisé en retour, qui constitue une expérience incomparable de solidarité et de fraternité essentielles, dans la mesure où il rapproche simplement des êtres humains, également vivants et mortels. Les effectifs d’Écoute-JALMALV Besançon ne sont pas suffisants pour répondre à toutes les demandes et à assurer à tous les malades qui le souhaitent l’accompagnement qu’ils attendent, dont ils ont un besoin crucial dans la traversée de la souffrance morale, psychologique et spirituelle, qui
s’ajoute à leur douleur physique.
Écoute-JALMALV Besançon lance donc un appel à toutes celles et à tous ceux qui voudraient lui apporter leur aide, pour lui permettre de se rapprocher de ses objectifs, qu’ils soient sûrs de vivre dans cette démarche, humble et discrète, quelque chose de fort et de révélateur, qui fait avancer chacun dans la connaissance de soi, et ajoute à son humanité.

 

Association Écoute JALMALV Besançon

31 Boulevard Diderot - 25000 Besançon

Tél. 03 81 81 48 98 – e-mail : ecoute.jalmalv@wanadoo.fr »


Propos recueillis par B. VANDEWATTYNE et C. DUCRET