icone

Un hommage et des sujets essentiels pour les habitants

[mercredi 31 mars 2021 14:47]

En ouverture de l’Assemblée départementale du 29 mars 2021, les élus ont rendu un hommage émouvant à Georges Gruillot, premier président du Département décédé le 7 mars dernier. Puis, plusieurs dossiers essentiels pour les Doubiens en cette période difficile ont été abordés : l’insertion des personnes les plus en difficulté, le renforcement des aides pour l’enfance et la jeunesse ainsi que les initiatives du Département pour participer à la relance de l’économie et l’emploi.

L’émotion ressentie en Salle Joubert était forte ce lundi 29 mars lors de l’hommage rendu à Georges Gruillot, en présence de sa famille. « Pour moi et pour la plupart d’entre nous, Georges est et restera Le Président », a déclaré Christine Bouquin, présidente du Département, avant de présenter quelques-unes des nombreuses actions que le Président a menées à la tête de l’institution durant 17 ans.  « L’homme dans ses qualités les plus profondes, la tolérance, l’altruisme, la générosité » a également été évoqué. L’hommage s’est conclu par une minute de silence.
Un peu plus tard, en ouverture de l’Assemblée départementale, un hommage a également été rendu à Paulette Guinchard, figure politique majeure du Doubs disparue début mars.

« L’emploi d’abord » : point d’étape sur l’avancée du Plan départemental pour l’insertion et l’emploi

L’Assemblée de mars a été l’occasion de présenter un point d’étape sur la déclinaison du Plan départemental pour l’insertion et l’emploi (PDIE), adopté à l’unanimité en décembre 2018.
Fin 2020, 13 252 personnes bénéficiaient du Revenu de solidarité active (RSA), un chiffre en hausse de 9 % en un an. Le PDIE vise à renforcer les dispositifs d’accompagnement via trois plateformes d’insertion pour les nouveaux bénéficiaires du RSA. Le mot d’ordre du PDIE étant « l’emploi d’abord », il a été instauré une prime pour le retour à l’emploi pour les bénéficiaires du RSA (BRSA) et BRSA-Travailleurs Non-Salariés dans le cadre du Plan d’urgence voté en juin 2020.

De plus, le Département a proposé sa candidature pour être l’un des 40 Départements pilotes du déploiement du Service public de l’insertion et de l’emploi. Outre un soutien financier, cette expérimentation permettrait à la collectivité d’appuyer plus encore son PDIE et de travailler plus efficacement encore avec tous les acteurs concernés par l’insertion : CAF, associations, Pôle Emploi…

La jeunesse, priorité du Département

Les élus ont voté lundi 29 mars de nouvelles mesures pour aider les enfants et les jeunes en difficulté :
- 40 nouvelles places d’accompagnement renforcé à domicile vont ainsi être créées, une dépense en cofinancement de l’État à 50 % dans le cadre de la Stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfant, pour laquelle la candidature du Doubs vient d’être retenue.
- 250 000 euros supplémentaires, soit au total 435 00 euros, alloués au Fonds départemental d’aide aux jeunes (FDAJ). Inscrit dans le plan d’urgence en 2020, ce fonds a permis l’an dernier de répondre aux besoins de près de 844 jeunes fortement impactés par la crise.
- une mobilisation de la Maison de l’habitat du Doubs aux côtés des jeunes dès l’âge de 17 ans, avec des actions d’information pour expliquer les démarches et les conditions d’accès au logement, les relations locataires/bailleurs, en partenariat avec la CAF (Caisse d’allocations familiales), la Mission Locale et Action Logement.
- l’accompagnement des adultes victimes de violences sexuelles et d’inceste pendant l’enfance : le Département double le nombre d’interventions en milieu scolaire des Centres de planification et d’éducation familiale (CPEF), en lien étroit avec l’Éducation nationale et les collèges, mettra en place un numéro vert dédié, des formations spécifiques pour les travailleurs sociaux, un accompagnement sociojuridique personnalisé des victimes.

Plans de relance : volontaire pour investir

Le Département a engagé des démarches auprès de l’État et de la Région, pour bénéficier des dispositifs de relance de l’économie par la mise en œuvre de projets d’investissements sur la période 2021-2023. Ainsi, sur les 160 projets recensés pour un total de 180 millions d’euros (M€), 51 portent sur des thèmes éligibles aux plans de relance national, régional et européen. Parmi ceux-ci, douze projets concernent la modernisation du patrimoine départemental pour près de 78 M€ de travaux, quinze (23 M€) le développement des mobilités douces, et 4 M€ la transition écologique avec le projet de valorisation environnementale et touristique du Mont d’Or. Ce recensement a été transmis à l’État et à la Région en janvier 2021.
Par ailleurs, au titre des aides « classiques » de l’État, le Département a transmis cinq demandes de subvention :
-    Pour 2021 : construction du collège de Bethoncourt, réhabilitation du collège de Villers-le-Lac, restructuration de l’immeuble rue Gay-Lussac à Besançon.
-    Pour 2022 : construction du gymnase du collège de Blamont, réhabilitation du Centre départemental de l’enfance et de la famille de Besançon, réhabilitation du bâtiment accueillant le Pôle enfance confiée du nord du département et du CMS à Audincourt.
-    D’autres projets ont été identifiés tels que la reconstruction du pont des Pipes à Baume-les-Dames et le pont des Rosiers à la Cluse-et-Mijoux.