icone

Villars-sous-Dampjoux : le Péris’cool fait l’unanimité

Rubrique Doubs et vous Sur votre territoire Thème Aménagement Villars-sous-Dampjoux : le Péris’cool fait l’unanimité

Le contexte

À la rentrée 2015, la commune de Villars-sous-Dampjoux avait mis à la disposition du Regroupement pédagogique intercommunal (RPI de Villars, Noirefontaine, Feule et Dampjoux) une salle au premier étage de la mairie pour l’accueil des activités périscolaires. Rapidement, le bilan fut mitigé : les conditions d’accueil étaient loin d’être satisfaisantes. Un coin cuisine et des sanitaires avaient été aménagés dans une salle peu attrayante, mal chauffée et mal insonorisée. À l’issue d’une enquête auprès des parents, la décision a été prise de proposer un nouveau service périscolaire de qualité. Nombre de familles souhaitaient confier leur enfant durant les temps d’accueil du midi, du matin et/ou du soir, d’autant que le nombre d’assistantes maternelles s’était considérablement réduit dans le secteur.

Photo prise à l’intérieur, dans la cantine du périscolaire. Quatre tables y sont présentes : trois tables rectangulaires sont alignées sur une première rangée, une autre ronde est disposée un peu plus loin. Des enfants sont assis à chacune des tables et se préparent manger. Des adultes sont en train de servir la nourriture.

La réalisation

L’idée de réhabiliter le bâtiment de l’ancienne salle paroissiale, idéalement située en face de la mairie et de l’école, est donc née. Ce bâtiment de 110 m2 a fait l’objet d’une restructuration complète ainsi que d’une extension. Il abrite aujourd’hui un hall d’accueil avec vestiaires, une grande salle de restauration, un espace attenant pour les activités, jeux et garderie, une cuisine, des sanitaires et un bureau pour la directrice, Angélique Maitre, salariée de l’association Familles Rurales.

Photo du périscolaire vu de l’extérieur. Le bâtiment est blanc avec un toit en tuiles rouges. On retrouve beaucoup de fenêtres étant donné la taille du bâtiment. Il y a aussi deux portes également vitrées.

Concernant l’aspect esthétique, le maire Patrick Lechine, précise que la volonté essentielle était « d’avoir un bâtiment qui respecte l’architecture d’origine, et qui fasse entrer la lumière au maximum. » En effet, la salle de jeux est orientée plein sud et elle est dotée de larges baies vitrées. À l’intérieur, sobres et apaisantes, les couleurs présentent des tons clair et pastel. Une approche énergétique a été adoptée dès l’origine du projet : c’est un chauffage électrique avec VMC double flux, plus écologique, qui a été installé. Par ailleurs, l’accent a été mis sur l’isolation intérieure (murs, sols et plafond) afin de créer un "cocon". Enfin, portes et huisseries disposent d’un double vitrage aux normes actuelles.

Cette année, une vingtaine d’enfants (sur les 94 élèves scolarisés à Villars-sous Dampjoux et Noirefontaine) sont accueillis au Péri’scool, nom du nouveau service, que ce soit le matin (de 7h30 à 8h20), le midi (de 11h45 à 13h15) et/ou le soir (de 16h à 18h). Les élèves de l’unique classe de Noirefontaine prennent le car scolaire pour profiter de la cantine. Ce transport est aussi assuré le matin et le soir pour les écoliers qui habitent dans les trois autres communes du RPI. Bien que l’école ait adopté  la semaine de quatre jours, un accueil est aussi possible le mercredi de 7h30 à 13h30, avec restauration.

Le montage financier

Après un an de travaux, ce service périscolaire a été inauguré le 18 novembre 2017. Ce projet d’un coût de 405 000 € a pu voir le jour grâce au financement de nombreux partenaires : l’État (à hauteur de 20 %), la Région (8%), la CAF (7%), la réserve parlementaire (3%), et la commune (218 000 €). Le Département, quant à lui, a accompagné le projet dès son origine via une Assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO)  et il a accordé une aide financière de 63 700 €.

 

Le mot du maire

« Que du bonheur ! », conclut Patrick Lechine, maire de Villars-sous-Dampjoux. Il est en effet ravi  des commentaires positifs des parents… « La réalisation de ce projet a su répondre à la demande qui était réelle et justifiée au niveau des conditions d’accueil. Mais en plus, elle satisfait largement les usagers et le personnel en matière d’architecture globale du bâtiment, de chauffage, d’esthétique. » Signe de succès : « Des élèves qui rentrent chez eux à midi demandent à leurs parents de pouvoir aller à la cantine ! »

Il restera toutefois au maire à veiller sur un point important : la sécurité. En effet, le service périscolaire est séparé de la mairie et de l’école par la route départementale. Bien que les enfants soient toujours encadrés par des adultes, il prévoit à court terme l’aménagement d’une zone sécurisée à 30 km/h et un passage piétons bien visible.