icone

80 km/h : quelles conséquences sur les routes départementales ?

[mercredi 17 janvier 2018 09:57]
Nos services Les routes et infrastructures Thème Info
Routes et infrastructures
80 km/h : quelles conséquences sur les routes départementale...

L’État a pris la décision de réduire la limitation de vitesse sur le réseau secondaire de 90 à 80 km/h. Ce réseau relevant essentiellement de la compétence des Départements, qui paiera la facture du remplacement des panneaux de signalisation, en particulier ?

Ce sera l’État ! Le Premier ministre s’est en effet engagé auprès de l’Assemblée des Départements de France à couvrir 100% des frais occasionnés par ce changement. Ces frais sont évalués entre 5 à 10 millions d’euros. En fait, c’est le produit des radars routiers –vraisemblablement en augmentation dès que la mesure aura pris effet – qui alimentera le plan national en faveur de la sécurité routière.


Peu de panneaux à remplacer

« Il n’y a pas autant de panneaux de signalisation routière à 90 km/h qu’on l’imagine a priori, puisque c’est la limitation légale sur les routes départementales, indique le Monsieur Sécurité routière du Département, Christophe Janier-Dubry. On en trouve avant des radars fixes, à la fin des 2x2 voies, en rappel à certains endroits comme les sorties d’autoroute… » Cela représente en tout moins d’une centaine de panneaux, soit quelques dizaines de milliers d’euros. Le Département – qui n’a pas été consulté par l’État sur ce sujet ‒ se chargera de les remplacer et sera donc remboursé. Par ailleurs, les voies communales sont très peu concernées puisqu’elles gèrent des voies limitées à 30 et 50 km/h.

Rappel : le passage à 80 km/h se fera le 1er juillet, au début des nombreux départs en vacances !

2800 km à 80 km/h

Le Département du Doubs gère 3800 km de routes dont 800 en agglomération, une cinquantaine en 2x2 voies avec séparateur central – à 90 ou 110 km/h –, une centaine de kilomètres limités à 50 et 70 km/h pour des raisons de configuration… En somme, ce sont 2850 km environ qui seront concernés par la limitation à 80 km/h.


Un nombre de tués en augmentation

En 1972, la France déplorait 18 000 morts sur ses routes, un seuil record qui a suscité une prise de conscience et entraîné la fixation de la première limitation de vitesse hors agglomération à 90 km/h, en 1974. Le premier choc pétrolier a pesé aussi dans cette décision. Le passage de 60 à 50 km/h date de 1990.

Depuis 1974, le nombre de tués n’a cessé de baisser pour atteindre le chiffre de 3200 en 2013. À partir de cette date, la courbe a commencé à remonter (3477 morts en 2016).

En 2013, le Doubs enregistrait 36 morts dont 28 sur les routes départementales, 44 en 2014 (33 sur RD), 27 en 2015 (20), 35 en 2016 (26), 35 en 2017 (21).

Diaporama