icone

L’avenir au cœur des échanges

Après deux ans d’absence, le Carrefour des collectivités locales s’est tenu jeudi 23 et vendredi 24 septembre à Besançon. Ce rendez-vous, dont la thématique était Ensemble pour nos territoires durables, a réuni 2 000 élus et entrepreneurs du Doubs, ravis de se retrouver et engagés vers l’avenir.

 « Quel plaisir de vous accueillir ici ! Nous allons maintenant parler d’avenir, de vos besoins, de vos envies et de vos innovations. Et, comme ce fut le cas durant cette crise, le Département sera aux côtés des entrepreneurs et des collectivités du Doubs pour soutenir la reprise économique et le développement durable » : Ce sont sur ces mots que Christine Bouquin, présidente du Département et de la SEM Micropolis, a ouvert jeudi 23 septembre le Carrefour des collectivités locales, co-organisé par la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) et par EcoRSE.

 

Deux jours d’échanges

Recyclage ou réemploi des matériaux, solutions numériques, mobilité électrique, énergies renouvelables : les conférences et échanges de ces deux journées étaient résolument tournées vers l’avenir. La Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (CRESS) a par ailleurs proposé une conférence sur la relance par l’économie sociale et solidaire, l’Établissement public foncier (EPF) une table ronde sur la transition écologique et l’association des maires du Doubs a réuni son assemblée générale le jeudi soir.

 

L’heure du rebond !

« Nous vous remercions de nous avoir fait travailler durant cette période. En continuant vos investissements, nos entreprises ont travaillé alors qu’elles étaient parfois les seules à le pouvoir. Maintenant, nous voilà à l’heure du rebond ! Une nouvelle dynamique est perçue dans notre profession, qui nous motive à innover pour un territoire plus durable », a déclaré Vincent Martin, président de la FRTP, dont l’activité dépend à 70 % de la commande publique. Pour 2020 et 2021, le Département du Doubs a choisi de maintenir ses dépenses d’investissements à un niveau élevé (en moyenne 85 millions d’euros par an).